keyboard_arrow_up
Denis Boulanger - FFK
Brève
Publié le : 20/12/2021

#LaRétro2021De... Jennifer Zameto

« Confiance et progression » : Jennifer Zameto a vécu une année 2021 riche en expériences. Partenaire d’entraînement à Niigata, elle s’est ensuite imposée en espoirs mais également avec l’équipe de combattantes féminines seniors, vice-championnes du Monde à Dubaï.

Test-matchs d’avril : « Rien à perdre »

« Cette compétition, je l’ai abordée comme si je n’avais rien à perdre. Je n’avais aucune pression, c’était la reprise pour tout le monde mais j’étais en forme physiquement et mentalement. Sur mes combats, je n’ai pas voulu faire attention contre qui j’allais combattre et cela m’a plutôt bien réussie puisque j’atteins la finale où je perds seulement contre Laura (Sivert). J’étais contente de moi et j’avais de bonnes indications pour poursuivre ma préparation pour les Championnats de France et Tampere qui se profilaient derrière. »

Championnats de France espoirs 2021 : « Plus envie de gagner que peur de perdre »

« Contrairement aux test-matchs, j’avais plus de pression sur les Championnats de France jeunes car les entraîneurs nationaux avaient été clairs avec nous. Il fallait répondre présente toute la journée car nous étions sur un « one-shot » : la gagnante de la catégorie obtenait sa sélection pour les Championnats d’Europe jeune un mois plus tard. J’étais prête, bien dans mon karaté et le fait d’avoir fait deuxième aux test-matchs m’a mis en confiance. J’avais plus envie de gagner que peur de perdre et c’est ce qui a fait toute la différence je pense. J’étais partie dans l’objectif de gagner pour montrer que j’étais la meilleure dans ma catégorie, surtout que c’était très relevé cette année. » 

Partenaire d’entraînement avant les JO : « Un bon tremplin pour la suite »

« C’est Nadir Benaissa qui m’a appelé un soir avant les Championnats de France. Il m’a demandé si j’étais disponible en juillet pour accompagner Leïla Heurtault à Niigata, au dernier camp d’entraînement avant les Jeux Olympiques. Je pense que j’ai été choisie car j’étais dans la même catégorie qu’elle et que mon karaté pouvait l’aider à bien se préparer sur la dernière semaine d’entraînement. J’ai trouvé ce voyage hyper enrichissant pour ma part. Le fait de partir en petit groupe te permet de découvrir tout le monde alors que je ne les connaissais pas forcément bien. Pendant toute une semaine, nous nous sommes retrouvés ensemble, hyper bien accueillis par les Japonais. Les circonstances n’étaient pas faciles mais tout le monde a su prendre sur soi pour que la cohabitation se passe bien. Sur le côté sportif, les partenaires d’entraînement, nous étions à la disposition des athlètes qualifiés pour les JO. J’ai appris que les derniers jours avant une compétition se préparent différemment et aussi, de voir leur manière personnelle de gérer la pression, c’était une chose intéressante. Mais au-delà de cela, c’est aussi un stage qui m’a permis de prendre confiance en moi car j’arrivais à suivre le rythme puis je montais en régime en vue de ma préparation pour Tampere aussi : c’était un bon tremplin pour la suite. » 

Patrick Urvoy - FFK

Championnats d’Europe jeunes 2021 : « J’ai su gérer ce moment »

« La semaine de Niigata, je vois vraiment que cela m’a servi. Avant Tampere, j’avais trois sélections en Equipe de France et à chaque fois, j’avais perdu au premier combat. Je pense que j’avais un gros manque de confiance et je perdais un peu mes repères. Mais cette année, il y avait de la pression mais j’ai su gérer ce moment. Tout cela grâce à toutes les expériences passées, et donc en partie ma semaine d’entraînement au Japon. Je fais un parcours qui reflétait mon nouvel état d’esprit : une karatéka combattante et confiante. Malheureusement, je m’arrête en finale et je repars avec la médaille d’argent mais c’était une bonne performance. En plus, nous avions un groupe super en Finlande et tout cela fait que tu es placée dans les meilleures conditions pour performer et je pense que c’était le cas pour pas mal d’entre nous. »

Championnats du Monde 2021 : « On me faisait confiance »

« Les filles avec qui j’étais en équipe, je les côtoie en stage depuis maintenant un an. Quand j’ai su que j’étais sélectionnée, on m’a bien fait comprendre que j’avais mérité ma place. Nous avons beaucoup échangé avec Léa (Avazeri), Laura (Sivert) et Alizée (Agier), avec les entraîneurs aussi. Avant la compétition, forcément je ne savais pas trop ce que cela allait donner mais le vendredi matin, j’étais prête à assumer ce nouveau rôle de « senior » sur le tapis. En plus, j’ai la chance de pouvoir débuter en première combattante, sur le premier tour contre la Croatie. C’était aussi la preuve que l’on me faisait confiance. Je gagne ce premier combat, je remplis ma première mission donc j’étais contente pour l’équipe. Lors de notre finale contre les Egyptiennes, je débute encore et je tombe contre la championne olympique des +61kg, Abdelaziz. Ce combat reste un regret car je n’ai pas réussi à m’exprimer plus que ce que je ne voulais, à proposer mon karaté. Après, cela me servira pour la suite de ma carrière mais sur le moment, ce n’était pas suffisant pour aider l’équipe. » 

Denis Boulanger - FFK

La saison 2022 : « Ramener la médaille d’or cette fois-ci »

« Pour 2022, bien sûr que je veux retourner aux Championnats d’Europe espoir ! J’ai perdu en finale en août dernier et le but l’année prochaine sera de ramener la médaille d’or cette fois-ci. J’aimerais également pouvoir être sélectionnée pour les Championnats du Monde jeunes qui suivront en octobre prochain. Après, il y a toujours la perspective de participer aux Championnats d’Europe seniors où je vise encore une place parmi l’équipe et pourquoi pas en individuel, qui sait… »